Séminaire L’ENTREPRISE AU DÉFI DES BIENS COMMUNS MONDIAUX : UNE RESPONSABILITÉ POLITIQUE

Le troisième séminaire du pôle Recherche et Entreprise a eu lieu le 16 mars 2017 dans les locaux de la Banque de France.

Après avoir discuté sur ce thème en général et avoir traité des thèmes spécifiques comme celui de la place de l’objection de conscience au sein de l’entreprise et les limites éthiques du lobbying, nous allons nous concentrer cette fois-ci sur « la responsabilité des entreprises par rapport aux bien communs mondiaux ».

La notion de “bien commun” dépasse la notion économique technique de “bien public” (qui ne peut être produit par ce marché). Les biens communs désignent des qualités de ressources ou patrimoines collectifs pour la vie et les activités humaines, y compris des qualités sociétales (le respect des droits fondamentaux). Un bien commun est jugé d’utilité collective.

On se posera en conséquence la question de savoir dans quelle mesure les grandes entreprises pourraient/devraient assumer une responsabilité politique par rapport à ces biens, dans le contexte actuel.

Les intervenants

Cécile Renouard fera l’exposé introductif. Des exemples liés aux recherches effectuées au sein du programme CODEV de l’ESSEC depuis 10 ans dans différents pays seront mobilisés pour illustrer cette responsabilité, ses limites et ses impasses.

Cécile Renouard est Directrice du programme « CODEV - Entreprises et développement » à l’ESSEC, Professeur au Centre Sèvres - Facultés jésuites de Paris, enseignante à l’ESSEC, à l’Ecole des Mines de Paris et à Sciences Po. Elle est également membre du conseil scientifique de la Fondation Nicolas Hulot et administratrice de l’Agence Française de Développement.

Son intervention a été commentée par Sandrine Blanc (INSEEC, Paris). 

Les recherches de Sandrine portent particulièrement sur le rôle politique des entreprises. Elle est déjà intervenue dans ce séminaire à propos de l’objection de conscience au sein de l’entreprise.

Ensuite, des professionnels de l’éthique et de la compliance ont exposé leur point de vue sur cette question.

Partager