Le rôle politique des entreprises

Un des objectifs statutaires du CEA est d’établir un lien entre les chercheurs en Business Ethics et les activités des professionnels en charge de ces questions au sein des entreprises. Dans ce contexte, un premier séminaire a eu lieu le 16 décembre 2015 dans les locaux d'Orange. Ces échanges se sont prolongés autour d'un buffet-cocktail.

Programme du séminaire

Geert Demuijnck (professeur d’éthique à l’EDHEC) a dressé le tableau des différentes conceptions du rôle politique des entreprises qui ont été présentées récemment.

Ensuite deux chercheurs en Business Ethics ont présenter un aspect de ce rôle de façon plus détaillée :

 

 

Marian Eabrasu (ESC Troyes) a traité les raisons morales et politiques du désinvestissement des entreprises.

  • Les sciences de gestion considèrent habituellement les entreprises comme des organisations amorales et apolitiques. Force est pourtant de constater que, dans le contexte de régimes politiques contestables, les choix stratégiques des entreprises deviennent implicitement des partis pris politiques. Il apparaît donc important de comprendre les rouages de ces prises de positions, qu'elles soient explicites ou implicites, et donc d’étudier les différents types de contextes politiquement contestables ainsi que les marges de manœuvre des entreprises qui y exercent une activité économique. Cette communication propose de cartographier les décisions de désinvestissement des entreprises à l’aide de grilles d’analyse morales et politiques.

Sandrine Blanc (INSEEC) a traité la question de l'objection de conscience dans l'entreprise.

  • Sandrine a abordé la question des exemptions basées sur des convictions morales ou religieuses au sein de l’entreprise. Elle a argumenté que les entreprises ont l’obligation de respecter la liberté de conscience des salariés - et les objections de conscience qui en découlent -, et que cette obligation est fondée avant tout sur des considérations d’équité. Elle est partie de quelques cas concrets qui ont concerné des entreprises françaises.

Catherine Ferrant, déléguée générale de la Fondation Total, apportera en conclusion le témoignage d’une grande entreprise souvent confrontée à des contextes difficiles.

Ce séminaire a aussi été l'occasion de débattre entre nous des suites à donner à nos travaux et de leurs modalités (projet de colloque annuel, appels à projets...).

 

 

Supports d'intervention

Support d'intervention Geert Demuijnck

Support d'intervention Sandrine Blanc

Support d'intervention Marian Eabrasu

Partager