CRITÈRES ÉTHIQUE ET RÉMUNÉRATION VARIABLE

Les cadres dirigeants de l’entreprise sont communément  favorables à la mise en œuvre d’une démarche éthique au sein de leur entreprise. Néanmoins, en qualité de parties prenantes incontournables, sont-ils prêts à intégrer dans leur rémunération variable des critères du type E.S.G. relevant de la responsabilité de l’entreprise et de l’éthique des affaires ? Quelles sont les difficultés pour définir des critères objectifs et pertinents ?

Le dernier Club Pro a eu lieu le 14 octobre de 8 h 30 à 10 h 30 à l'Hôtel Raphaël.

Thème développé : Critères Ethique et rémunération variable

Pour répondre à ces questions, le Club Pro du CEA vous a proposé un moment d'échanges et de réflexion sur les enjeux d’une telle démarche.

Nos invités nous ont notamment éclairés sur les questions suivantes :

⇨ Une rémunération variable éthique pour qui ? Mandataires, cadres dirigeants, cadres opérationnels ?

⇨ Quels sont les critères objectifs et pertinents à retenir ?

⇨ Les autres parties prenantes (actionnaires, syndicats, etc.) sont-elles favorables à cette démarche ?

⇨ Comment faire coïncider performances opérationnelles et critères éthiques ?

⇨ Comment mettre en œuvre cette démarche ?

⇨ Les limites à ce dispositif ?

Invervenants 14 octobre 2016

Maître Pascal DURAND-BARTHEZ,

Avocat à la Cour
et Secrétaire Général du Haut Comité de Gouvernement d’Entreprise

Gaspard de TOURNEMIRE,

Directeur Juridique Ressources Humaines du groupe THALES

Isabelle COQUELLE-RICQ

Responsable RSE et Diversité, AMUNDI Asset Management

Gilles VERMOT-DESROCHES,
SVP Développement durable

et Maxime GOUALIN,
Coordinateur Ethique & Responsabilité Développement durable

SCHNEIDER ELECTRIC

Partager